Accéder au contenu principal

SUPERTRAMP - crime of the century - 1974

Troisième album du groupe anglais à deux têtes.


Effectivement, ce groupe - même s'il a existé par la suite sans l'une de ses têtes - a fonctionné avec deux véritables leaders : Rick Davies et Roger Hodgson, ce dernier étant auditionné par le premier qui venait de dissoudre son groupe pour en reformer un, soutenu qu'il était par un millionaire hollandais, Stanley August Miesagaes (à qui est dédié ce disque).

Nous sommes en 1969, et Supertramp se rode sur les scènes londoniennes et construit un répertoire qui allie le progressif aux accents folk et le rock américain avec, déjà, une place spéciale pour le piano et l'harmonica. Deux albums plus tard et de nouvelles têtes, le groupe va s'imposer pour quelques années comme une référence d'élégance, de raffinement et de maître étalon dans l'histoire de la mélodie.

Ils signent alors chez A&M et sont produits par Ken Scott. Comme l'indique l'artwork, le contenu de l'album traitera de l'aliénation - school, bien évidemment... -  et d'un certain désir de fuite. 

Tous les titres sont travaillés avec minutie, les parties vocales alternées entre Davies et Hodgson sont de grandes réussites, variées et riches, et nous pouvons insister sur les constructions des pièces qui nous prennent par la main pour nous emmener exactement là où il était prévu que nous allions, une sorte de mouvement qui monte et gronde pour se déchirer dans les moments intenses (crime of the century).

Plus de quarante ans après, il reste, malgré un excès d'écoute de certain titres (dreamer), un plaisir incomparable à l'écoute de ce disque, une réelle jouissance de se laisser porter par cette musique finalement intemporelle et ô combien jouissive.

L'artwork est de Paul Wakefield.




 - Bob Benberg : batterie
 - Roger Hodgson : chant, guitares, piano
 - John Anthony Helliwell : saxophones, clarinettes, voix
 - Dougie Thomson : basse
 - Richard Davies : chant, claviers, harmonica

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…