Accéder au contenu principal

PINK FLOYD - ummagumma - 1969

Quatrième album de l'ex groupe de Syd Barrett.


Les concerts et les tournées s'enchainent et la présence de Barrett s'avère pour le moins perturbante au sein du groupe.  Capable de se désaccorder sur scène dès le début du set, l'attitude du jeune homme de Cambridge déstabilise ses amis et met en péril l'avenir du Floyd

Fin 1967, un premier contact est pris avec David Gilmour, lui aussi originaire de Cambridge et ami de Barrett. On pense alors sérieusement à l'intégrer au groupe, en vue d'un remplacement à court terme de Barrett. On sait qu'il est capable d'imiter n'importe qui et qu'il pourra refaire les soli de son ami. Pour la petite anecdote le nom de Jeff Beck est évoqué mais il ne sera jamais contacté, sans doute par timidité...

Quelques concerts sont alors joués à cinq tout début 1968 et a saucerful of secret est enregistré dans cette tourmente. Mais pour ummagumma, avec la nouvelle version du Floyd et surtout sans leur créateur, le groupe se doit d'affirmer son existence attendu qu'il est par ses fans et ses détracteurs.

Ce sera donc le premier concept album du groupe, ce qui le rapprochera peu à peu du progressif. Conceptuel dans l'idée, dans la forme et non dans ce qu'il raconte. Un double album qui propose un live retraçant l'historique du quartette, ce qui l'a construit, les morceaux phares de l'ère Barrett dans une version sublimée due aux improvisations inspirées et un sens de la progression et de la rupture sans équivalence à l'époque. Il en ressort un pur chef d'oeuvre, état des lieux d'une musique en construction.

L'autre disque propose une pièce de chacun des quatre membres. Ici se situe l'erreur du groupe, qui, à cette occasion, ne l'est plus, et révèle une prétention des auteurs qui ne masque pas un manque évident d'idée. Les membres s'engluent dans un égo musical trop grand pour eux et s'éloignent de la force du nouveau projet Pink Floyd : le groupe.

Mais il n'empêche que cet album demeure une clé de l'oeuvre du groupe, tournant résolument le dos au psychédélisme et au passé et mettant en route la machine qui va mettre au monde des albums majeurs dans l'histoire de la musique, et pas seulement du prog.

L'artwork est de Hipgnosis.



 - Richard Wright : orgue, claviers, voix
 - Roger Waters : basse, voix
 - David Gilmour : guitares, voix
 - Nick Mason : percussions



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…