Accéder au contenu principal

HAPPY THE MAN - happy the man - 1977

Premier album du groupe américain.

Le groupe est fondé en 1972, par Stanley Whitaker et David Bach, claviériste, du côté de Franckfort. Avec leur groupe d'alors, Shady Grove, ils font la connaissance de Rick Kennell qui effectue son service militaire en Allemagne et avec qui ils auront le plaisir de jammer sur du Genesis ou du King Krimson. Il leur présentera à son tour Mike Beck et il n'en fallu pas davantage pour que naisse l'idée de groupe qui pourra prendre forme dès que Kennell rentrera aux Etats-Unis.

Whitaker s'inscrit au Madison College de Harrisonburg, Virginie et, après avoir écouté l'ensemble de jazz du collège propose à Frank Wyatt de les rejoindre. Le groupe est complet, sauf que Bach décide alors de prendre une autre direction musicale et quitte Happy the Man. Kit Watkins le remplacera, lui qui vient de jouer de manière incroyable avec son groupe la pièce hoedown (1d'Emerson, Lake and Palmer devant ses futurs partenaires.

Le nom vient de Ken Whitaker, frère de Stanley, tiré du Faust de Goethe - contrairement à une première idée qui serait de l'attribuer à un titre de Genesis - et le groupe commence véritablement à répéter en 1974. Les dates se succèdent, entre reprises et compositions originales, et Peter Gabriel les contacte après son départ de Genesis afin de les prendre comme groupe de scène. L'association ne se fait finalement pas, plusieurs hypothèses en fournissent l'explication (peur de Gabriel de se retrouver trop proche d'un style musical qu'il vient de quitter, mésentente sur leur rôle respectif...)

Clive Davis, directeur du label ARISTA, signe le groupe dans l'espoir de leur faire composer la B.O. de la guerre des étoiles, le projet tombe à l'eau mais le groupe entre en studio avec le producteur de Supertramp ou encore de David Bowie : Ken Scott. Malheureusement, l'amérique n'est pas friande de rock progressif et le disco tient le haut du pavé, le label ne sait comment travailler cette musique et les premières parties de groupes comme Foreigner ou Kiss n'arrangent rien à leur faible notoriété.

Musique originale, arrangements soignés, Happy the Man détient un univers unique et un son reconnaissable entre mille. Ambiance apaisée ou rythmiques appuyées et jazzifiante, HTM table sur la polyvalence et réussie à allier une technique éprouvée et un lyrisme hors norme et aurait du faire une carrière bien plus accomplie que celle que l'on connait. On peut, on doit, le regretter.




 - Stanley Whitaker : guitares, chant
 - Rick Kennell : basse
 - Frank Wyatt : saxophone, flûte, piano, claviers, voix
 - Kit Watkins : claviers
 - Mike Beck : batterie, percussions




(1) : hoedown est une composition d'Aaron Copland, mais c'est bien sa reprise par le trio ELP qui reste de référence dans le milieu du prog.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…