HAPPY THE MAN - happy the man - 1977

Premier album du groupe américain.

Le groupe est fondé en 1972, par Stanley Whitaker et David Bach, claviériste, du côté de Franckfort. Avec leur groupe d'alors, Shady Grove, ils font la connaissance de Rick Kennell qui effectue son service militaire en Allemagne et avec qui ils auront le plaisir de jammer sur du Genesis ou du King Krimson. Il leur présentera à son tour Mike Beck et il n'en fallu pas davantage pour que naisse l'idée de groupe qui pourra prendre forme dès que Kennell rentrera aux Etats-Unis.

Whitaker s'inscrit au Madison College de Harrisonburg, Virginie et, après avoir écouté l'ensemble de jazz du collège propose à Frank Wyatt de les rejoindre. Le groupe est complet, sauf que Bach décide alors de prendre une autre direction musicale et quitte Happy the Man. Kit Watkins le remplacera, lui qui vient de jouer de manière incroyable avec son groupe la pièce hoedown (1d'Emerson, Lake and Palmer devant ses futurs partenaires.

Le nom vient de Ken Whitaker, frère de Stanley, tiré du Faust de Goethe - contrairement à une première idée qui serait de l'attribuer à un titre de Genesis - et le groupe commence véritablement à répéter en 1974. Les dates se succèdent, entre reprises et compositions originales, et Peter Gabriel les contacte après son départ de Genesis afin de les prendre comme groupe de scène. L'association ne se fait finalement pas, plusieurs hypothèses en fournissent l'explication (peur de Gabriel de se retrouver trop proche d'un style musical qu'il vient de quitter, mésentente sur leur rôle respectif...)

Clive Davis, directeur du label ARISTA, signe le groupe dans l'espoir de leur faire composer la B.O. de la guerre des étoiles, le projet tombe à l'eau mais le groupe entre en studio avec le producteur de Supertramp ou encore de David Bowie : Ken Scott. Malheureusement, l'amérique n'est pas friande de rock progressif et le disco tient le haut du pavé, le label ne sait comment travailler cette musique et les premières parties de groupes comme Foreigner ou Kiss n'arrangent rien à leur faible notoriété.

Musique originale, arrangements soignés, Happy the Man détient un univers unique et un son reconnaissable entre mille. Ambiance apaisée ou rythmiques appuyées et jazzifiante, HTM table sur la polyvalence et réussie à allier une technique éprouvée et un lyrisme hors norme et aurait du faire une carrière bien plus accomplie que celle que l'on connait. On peut, on doit, le regretter.




 - Stanley Whitaker : guitares, chant
 - Rick Kennell : basse
 - Frank Wyatt : saxophone, flûte, piano, claviers, voix
 - Kit Watkins : claviers
 - Mike Beck : batterie, percussions




(1) : hoedown est une composition d'Aaron Copland, mais c'est bien sa reprise par le trio ELP qui reste de référence dans le milieu du prog.

Commentaires