Accéder au contenu principal

GENESIS - nursery crime - 1971

Troisième album du groupe de Chaterhouse.

Après leur premier enregistrement (trespass) pour Tony Stratton-Smith et son label CHARISMA, le quintette prend la route, mais voilà, Anthony Phillips enchaîne mononucléose, pneumonie et ses séjours alités se succèdent. On craint la dépression. Ses absences au cours des concerts deviennent problématiques et il baisse carrément le volume de son ampli pour que personne n'entende ses erreurs. 

Il doit donc annoncer son départ, tout d'abord à Mike Rutherford, son ami qui réagira par le silence et entraînera l'incompréhension du guitariste. Par la suite, Tony Banks envisagera la fin du groupe mais Peter Gabriel, en véritable leader, proposera de chercher un nouveau guitariste et, par la même occasion, de changer de batteur.

Steve Hackett sera contacté après l'annonce qu'il a fait paraître dans le melody maker, alors que Phil Collins, pour son audition, s'inspirera de ses concurrents qu'il entend alors qu'il est sur le bord de la piscine des parents de Gabriel. Il sera d'ailleurs convoqué pour la seconde audition avec Roger Taylor (batteur des Smile qui ne s'appellent pas encore Queen) qui ne se présentera pas, finalement séduit par le nouveau projet de Freddie Mercury

Armé du mellotron du Roi Cramoisi vendu par Fripp lui-même, le groupe se présente devant l'ingénieur David Hentschel et le producteur John Anthony. Si les tensions entre Banks et Gabriel - pourtant très amis - sont palpables et récurrentes lors de la composition de l'album, l'enregistrement se passe bien, même si l'on peut regretter de ne pas retrouver le son du concert, mais une chose est sûre, le groupe atteint un autre statut avec ces deux arrivées.

The fountain of Salmacis et the musical box sont les deux pièces maîtresses de l'album, et il apparaît alors l'aisance de jeu du nouveau quintette aidé par l'apport rythmique essentiel de Collins. Ce dernier qui se laissera aller au lead vocal - non crédité - sur une belle mélodie concoctée par Hackett (for absent friends). Cette petite expérience leur permettra de prendre, plus tard, une décision capitale pour leur futur.

Genesis démarre ici véritablement son immersion dans le progressif en tant que groupe essentiel, même si l'album ne connait pas un grand succès, sauf en Italie où ils seront invités et applaudis comme il se doit.

L'artwork est de Paul Whitehead.




 - Tony Banks : orgue, mellotron, piano, guitare 12 cordes, voix
 - Michaël Rutherford : basse, bass pedal, guitare 12 cordes, voix
 - Peter Gabriel : chant, flûte, grosse caisse
 - Steve Hackett : guitare électrique, guitare 12 cordes
 - Phil Collins : batterie, voix, percussions

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…