DAYS BETWEEN STATIONS - in extremis - 2013

Second album du duo californien.

Il faudrait plus exactement parler de trio, car si Oscar Fuentes et Sepand Samzadeh mènent toujours le projet, Billy Sherwood est très impliqué sur cet album. Production, batterie mais aussi chant, et c'est une nouvelle surprise par rapport au premier album tout instrumental.

Les autres invités sont aussi des anciens membres de YES, comme Rick Wakeman et Peter Banks - dont ce sera son dernier enregistrement avant son décès - mais aussi l'incontournable Tony Levin ou le retour de Colin Mouldding, ancien chanteur de XTC, pour un titre pop de l'album pour lequel le groupe a d'ailleurs réalisé un clip (the man who died two times). 

L'album débute avec no cause for alarm qui est bien l'ouverture promise reprenant d'une belle façon les thèmes ou leitmotiv que nous retrouverons tout au long de l'album. Concept album donc, sans conteste, avec un progressif symphonique s'émancipant ici et là, renonçant aux effets de style et ses carcans.

Eggshel man en est une des nombreuses réussites, lorgnant vers la musique orientale - très beau solo de tar - et concluant sur un solo de minimoog de Wakeman, navigant sur les nappes de mellotron et une rythmique engagée et terriblement efficace dans le groove.

Bien sûr, la longue suite éponyme reste la pièce maîtresse (plus de 20mn) avec ses variations, ses ambiances, ses climats alternant l'écriture classique du progressif symphonique et les innovations formelles du groupe, avec cependant des parties vocales un peu en deçà de ce qui est proposé.

Qu'importe, in extremis est un des plus beaux albums sortis en 2013 et édité en début d'année en vinyle en très peu d'exemplaire. Le mien est le n° 28/50, parfait pour une vingt-huitième chronique sur le blog.

L'artwork est de Paul Whitehead, est-il ici nécessaire d'évoquer les pochettes de Genesis du début 70 réalisées par l'artiste ?...



Oscar Fuentes : claviers
Sepand Samzadeh : guitares


Billy Sherwood : Chant, batterie, production
Tony Levin : basse, stick Chapmann
Peter Banks : guitare
Rick Wakeman : mellotron, minimoog
Chris Tedesco : trompette
Ali Nouri : tar


Commentaires