Accéder au contenu principal

AREA (INTERNATIONAL POPULAR GROUP) - arbeit macht frei - 1973

Premier album d'une formation hors normes.

Si l'Italie est reconnue comme terre d'accueil pour les groupes progressifs anglais et totalement amoureuse du style, elle est très vite devenue le nid d'un courant national on ne peut plus riche et talentueux.

Le groupe Area est certainement une des formations - et pas seulement en Italie - des plus passionnantes de par sa musique bien entendu et de la qualité de ses interprètes, mais aussi, et surtout, de par son engagement politique d'extrême gauche.

Si le groupe existe déjà de façon formelle - ils jouent régulièrement dans un état proche du free rock - les musiciens se retrouvent au cours d'une session pour Alberto Radius en 1972 et garderont le titre d'un morceau pour donner naissance au groupe. Musiciens aguerris, ils maîtrisent beaucoup de styles et se projettent vers un progressif flirtant avec le jazz et le traditionnel. Bien sûr, la présence de Demetrio Stratos (Ευστράτιος Δημητρίου), chanteur d'origine grecque, orientera leur musique vers les expérimentations les plus originales.

Avant l'enregistrement de ce disque, le guitariste Johnny Lambizzi sera remplacé par Paolo Tofani et le pianiste Leandro Gaetano par Patrizio Fariselli. Il débute sur un poème de paix en égyptien pour aboutir à la solennité - momentanée - du chant de Stratos suivie par un thème inspiré par les balkans et enchaîner en improvisation libre, pour reprendre enfin avec le petit thème. Toute la musique de Area est là, une rythmique en fer forgé, du lyrisme, des idées, mais nous n'avons pas encore entendu les possibilités du chanteur grec.

Demetrio Stratos n'avait qu'un souhait, libérer l'expression vocale de l'esclavage de la langue ou de la mélodie, il étudiera l'ethnomusicologie, les possibilités multiples de la polyphonies vocales auprès de maitres asiatiques ou compositeurs contemporains, décrétant que le chant occidental était hypertrophié et le chanteur moderne était devenu insensible aux possibilités offertes. C'est dans le titre éponyme de l'album, d'une très belle construction progressive, que nous pourrons entendre une partie de ses qualités et possibilités vocales.

Le reste de l'album est de même tenue, mélange de mélodies simples, d'improvisations proches du freejazz, de cultures balkaniques, le tout lié par une rigueur instrumentale exceptionnelle. Ce travail annonce une trilogie à venir avec caution radiation area (1974) et crac ! (1975).

L'artwork est de Edoardo Sivelli.


Victor Eduard Busnello : vents
Guido Capiozzo : percussions
Yan Patrick Erard Djivas : basse, contrebasse
Patrizio Fariselli : piano
Demetrio Stratos : voix, orgue, still drums
Giampaolo Tofani : guitare, VCS 3


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…