EMERSON, LAKE & PALMER - tarkus - 1971

Deuxième opus du premier supergroupe.

Le 29 août 1970, le trio Emerson, Lake and Palmer se produit au festival de l'Ile de Wight avec à peine quelques répétitions derrière lui. Le groupe s'impose alors comme un véritable super-goupe comme seul le rock progressif a su en créer. Le côté commercial est une évidence et, si ce concert de l'Ile de Wight reste d'une piètre qualité, le show scénique livré avec la prestation musicale interpellera les 500 000 spectateurs médusés - et surtout abusés - qui participeront à l'immense succès à venir du groupe.

Alors que le trio veut sortir leur adaptation de la pièce de Moussorgsky, pictures at an exibition - celle-là même jouée lors du festival - leur maison de disque leur propose plutôt un album studio. Le groupe va alors s'atteler à une oeuvre fondamentale dans l'histoire du progressif.

Certes, nous pourrons rejeter d'emblée are you ready, Eddy ?, pièce clin d'oeil et anecdotique dédiée à leur ingénieur du son, Eddy Offord, placée en fin de disque et qui, certainement, serait placée en ghost track sur un CD. Mais la pièce éponyme se révèle être une des suites exemplaires de l'histoire du progressif, alternant les parties musicales virtuoses et riches et les parties chantées, toujours d'un grand lyrisme, où le groupe s'affaire à nous transmettre les méfaits de la technologie et de l'industrialisation.

Si Jeremy Bender reste anecdotique, les quatre autre pièces de la face B proposent, sur des formats courts, de belles propositions de ce qu'est la musique d'ELP, avec, bien sûr, les citations du répertoire classique - baroque en l'occurrence - qui font désormais la patte de Keith Emerson, dans the only way avec la toccata en Fa et prélude de Jean Sebastien Bach. Nous ne sommes pas loin également, de la musique répétitive américaine dans infinite space.

On comprend bien pourquoi ce groupe a eu un tel succès (plus de vingt millions d'albums vendus), la virtuosité, les références, le show, tout est réuni pour enthousiasmer un public avise - à l'époque - de performances et de liberté créative.

L'artwork est signé par William Neal.



Keith Emerson : claviers
Greg Lake : chant, basse, guitares
Carl Palmer : batterie, percussions


Commentaires