Accéder au contenu principal

EMERSON, LAKE & PALMER - tarkus - 1971

Deuxième opus du premier supergroupe.

Le 29 août 1970, le trio Emerson, Lake and Palmer se produit au festival de l'Ile de Wight avec à peine quelques répétitions derrière lui. Le groupe s'impose alors comme un véritable super-goupe comme seul le rock progressif a su en créer. Le côté commercial est une évidence et, si ce concert de l'Ile de Wight reste d'une piètre qualité, le show scénique livré avec la prestation musicale interpellera les 500 000 spectateurs médusés - et surtout abusés - qui participeront à l'immense succès à venir du groupe.

Alors que le trio veut sortir leur adaptation de la pièce de Moussorgsky, pictures at an exibition - celle-là même jouée lors du festival - leur maison de disque leur propose plutôt un album studio. Le groupe va alors s'atteler à une oeuvre fondamentale dans l'histoire du progressif.

Certes, nous pourrons rejeter d'emblée are you ready, Eddy ?, pièce clin d'oeil et anecdotique dédiée à leur ingénieur du son, Eddy Offord, placée en fin de disque et qui, certainement, serait placée en ghost track sur un CD. Mais la pièce éponyme se révèle être une des suites exemplaires de l'histoire du progressif, alternant les parties musicales virtuoses et riches et les parties chantées, toujours d'un grand lyrisme, où le groupe s'affaire à nous transmettre les méfaits de la technologie et de l'industrialisation.

Si Jeremy Bender reste anecdotique, les quatre autre pièces de la face B proposent, sur des formats courts, de belles propositions de ce qu'est la musique d'ELP, avec, bien sûr, les citations du répertoire classique - baroque en l'occurrence - qui font désormais la patte de Keith Emerson, dans the only way avec la toccata en Fa et prélude de Jean Sebastien Bach. Nous ne sommes pas loin également, de la musique répétitive américaine dans infinite space.

On comprend bien pourquoi ce groupe a eu un tel succès (plus de vingt millions d'albums vendus), la virtuosité, les références, le show, tout est réuni pour enthousiasmer un public avise - à l'époque - de performances et de liberté créative.

L'artwork est signé par William Neal.



Keith Emerson : claviers
Greg Lake : chant, basse, guitares
Carl Palmer : batterie, percussions


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…