Accéder au contenu principal

MARILLION - fugazi - 1984

Deuxième album studio du groupe d'Aylesbury.



Il fallait bien, au bout d'une quinzaine de chroniques sur ce blog, aborder les 80's et les groupes de néo-prog qui en sont nés.
On le sait, les années 80 n'ont pas fait beaucoup de bien à la musique. Uniformisation du son, standardisation du format - boom des radios locales oblige -, normalisation de la médiocrité... Et bien sûr, les groupes phares des 70's comme Yes, Genesis suivis par des groupes moins historiques mais montés par les membres de ces derniers comme Asia ou GTR, espèrent une reconnaissance sans limite et viennent flirter avec la pop la plus indigeste.
Pour s'opposer à ce courant qui a abandonné toutes les bases du prog pour faire de la chanson, naît alors quelques groupes qui reprennent l'histoire là où elle s'était arrêtée après 76. IQ, Pendragon, Twelfth Night, Pallas, et Marillion en chef de file, mèneront cette bataille du retour au rock progressif avec tout le décorum que cela implique : des textes engagés, des longues suites musicales, des concept albums, du maquillage pour les chanteurs...

J'ai découvert Marillion avec cet album, fugazi, alors que je désespérais de pouvoir écouter un jour de la musique de mon époque... Comme souvent, la pochette m'attira immédiatement et je sautais sur l'occasion pour rentrer chez moi avec ce petit trésor, persuadé que j'étais de la joie qu'il allait m'apporté. L'introduction du vinyle et du premier morceau assassing allait tout de suite me prouver que je tenais là un petit Graal.

Fish, chanteur écossais - la légende le disait ancien bûcheron - tient la baraque avec une voix originale et variée (incubus) et dès son arrivée au sein du groupe propose les textes et les idées littéraires des albums. Pour la musique, le groupe se compose en quintette, formation quasi-obligatoire pour ce répertoire, mais les guitares Gibson seront remplacées par des Ibanez, les basses Shergold ou Rickenbaker par des Aria et le mellotron par le DX7... Oui, Marillion est bien un groupe des 80's, avec, hélas,  le son des 80's... Mais d'un côté strictement musical, les idées, la démarche et les arrangements sont bien là !

L'artwork est de Mark Wilkinson.


Fish : voix
Steve Rothery : guitare
Pete Trewavas : basse
Mark Kelly : claviers
Ian Mosley : batterie





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…