Accéder au contenu principal

HENRY FOOL - men singing - 2013

Après douze ans de silence Henry Fool sort - enfin ?! - son second album...


Apparemment, TIm Bowness n'est pas un homme pressé, mais très occupé. Tout comme ses partenaires qui forment le groupe et qui l'accompagnent en live dans son projet commun avec Steven Wilson, No-Man. Suffisamment pris donc pour attendre plus d'une décennie avant d'enregistrer un nouvel opus entièrement instrumental et qui s'appelle men singing....

Ce que l'écoute de cet album nous apprend, c'est qu'en douze ans d'enregistrement et de création, le groupe se retrouve avec un matériau conséquent et qu'il faut composer un ensemble cohérent, le structurer, éviter le dispersement, travailler le montage. Tim Bowness le dit lui-même lors de ses interviews, "nous avions assez de musique pour cinq albums".

Cette richesse est utilisée fort intelligemment, une construction qui laisse une belle part à l'improvisation, enchainant les climats, les atmosphères, le tout lié par des interventions d'invités tels Phil Manzanera ou Steve Bingham. Ce dernier apparaît sur chic hippo, sorte d'hommage à Miles Davis période seventies, et pièce maîtresse de cet Henry Fool nouvelle ère. Pièce emblématique aussi du travail de collage évoqué un peu plus haut, où nous entendons ces parties improvisées par le groupe en studio et tuilées par post-production.

Il paraît difficile d'imaginer ce groupe en concert, ou alors avec beaucoup de séquences programmées qui, du coup, annuleront cette ambiance improvisée que retrace l'album. Situation paradoxale, certes, pour un groupe qui a passé plus d'une décennie à improviser la musique que contient son dernier opus.

Men singing mérite une attention toute particulière pour apprécier totalement cette musique qui évolue entre jazz-progressif, ambiant, jazz rock ou encore des clins d'oeil à l'école minimaliste américaine.

Le bel artwork est signé par Jarrod Gosling, invité aussi sur l'album pour jouer du mellotron et du glockenspiel.



Michael Bearpark : guitare
Stephen Bennett : claviers
Andrew Booker : batterie
Tim Bowness : guitare
Peter Chilvers : basse
Myke Clifford : saxophone, flûte


Jarrod Gosling : claviers, glockenspiel
Phil Manzanera : guitare
Steve Bingham : violon


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…