Accéder au contenu principal

CAMEL - mirage - 1974

Album emblématique du groupe britanique.


Au fur et à mesure que nous nous éloignons des années inventives du rock progressif, le groupe Camel pâtit sévèrement d'une réputation de facilité, de sympathie certes, mais pas vraiment aventureux.

En 1971, Peter Barden, clavieriste reconnu pour sa participation dans divers groupe blues, s'entoure d'un trio existant, Brew, pour créer son nouveau groupe et signer chez MCA un premier album éponyme (Camel, 1973) à la consonance jazz/blues pas des plus originales, certes, mais où l'on peut percevoir d'ores et déjà le goût de la mélodie attachante du groupe.

L'année suivante ils signeront chez DECCA, et plus précisément sa filiale rock DERAM, pour sortir le disque le plus connu, ou reconnu, de par son artwork reprenant de façon intempestive le visuel d'un paquet de cigarette ayant le même patronyme...

Peter Bardens étoffera son panel de claviers pour enrichir l'univers sonore du groupe et Andy Latimer utilisera la flûte dans le même but et ainsi ancrer pleinement leur projet dans le monde progressif. Les compositions se complexifient (lady fantasy), les thèmes restent efficaces et chantants. Le progressif de Camel est à part, très loin des Yes ou Genesis de la même époque où les prouesses vocales étaient de rigueur - ici nous avons affaire à une sobriété "exemplaire" de Latimer - et les longues suites, significatives et représentatives de l'esprit progressif, mais le groupe a un son bien à lui, des compositions simples (non simplistes) mais bien traitées qui permettent à la mélodie de s'en dégager et donnent du champs à des soli bien emmenés.

Album indispensable dans toute discothèque de musique progressive.



Andrew Latimer : guitares, flûte, chant
Peter Bardens : claviers
Doug Fergusson : basse, chant
Andy Ward : batterie



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…