Accéder au contenu principal

YUKA & CHRONOSHIP - dino rocket oxygen - 2013

Dino Rocket Oxygen est le deuxième album du quartet japonais.



J'ai toujours aimé acheter des disques au feeling, attiré par la pochette, par l'instrumentation proposée, par quelques lignes lues ici ou là. Ici, c'est suite à un article paru dans Big Band Magazine et surtout un artwork signé Roger Dean qui me rappelle les grands moments de Yes, close to the edge pour ne pas le citer.
Autant l'avouer tout de suite, nous en sommes loin...

Cet album se compose en trois parties (comme son titre l'indique), trois suites. La première, consacrée aux dinosaures (?!), démarre par la question existentielle "qui de l’œuf ou du dinosaure..." avec mellotron sur rythme cardiaque, puis la guitare entame une série d'arpèges qui seront doublées par le piano, d'une manière post-romantique. L'enchaînement avec le deuxième mouvement est une belle idée, avec un thème qui tourne bien où le clavier, la basse la guitare s'échangeront les rôles pour la rythmique. C'est de loin, la pièce la plus réussie de l'album. La suite se finit en envolée lyrique de guitare après une improvisation de Yuka Funakoshi, décidément très marquée par le romantisme.

La deuxième suite commence plutôt pas mal au niveau de l'écriture, toujours avec ces thèmes qui se chevauchent et se poursuivent, un piano toujours présent et un bon enchaînement d'accord au mellotron, la guitare, un peu trop systématiquement depuis le début, vient s'envoler avec un son saturé. Skygazer tombe dans la mièvrerie avec un thème bien gentillet que tout le monde s'emploiera à reprendre en chœur à la fin (si ça vous dit...). La suite est à l'unisson, on y croise du Mozart, un thème aussi mièvre que le précédent, des voix à la Mecano (si, si, ce groupe portugais, vous vous souvenez ?), bref, pas du très bon...

La troisième et dernière suite est dédiée à l'oxygène, et on retrouve de bonnes compositions dans le style progressif, avec des soli de clavier chantants dans la grande tradition seventies. Les trois mouvements sont cohérents et ça fourmille d'idées et de beaux thèmes, avec cassure de rythme et emballement guitaristique, plus un esprit katebushien pour les parties vocales et un finale tout en rupture et en accords dissonants au piano, un régal.

Ce quartet, qui, d'après leur site, n'est apparu qu'une seule fois en dehors du Japon, et c'était en France, a de quoi enthousiasmer les amateurs alliant un beau son de groupe avec une qualité technique indéniable, et ravir les auditeurs cherchant du progressif moderne avec une touche de jazz-rock. Il faudra attendre le troisième album, et espérer qu'ils développent leur composition en évitant de tomber dans les pièges du kitsch

Yuka Funakoshi : claviers, voix
Takashi Miyazawa : guitare, chœurs
Shun Tagushi : basse, claviers, chœurs
Ikko Tanaka : batterie

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…