Accéder au contenu principal

CLEARLIGHT - les contes du singe fou - 1976

Cyrille Verdeaux signe ici son troisième album sous le nom collectif de Clearlight.

Après avoir fait des études brillantes au Conservatoire National de Paris, Cyrille Verdeaux finit par se faire expulser après mai 68 pour activité révolutionnaire. Il part alors sur Nice s'inscrire au Conservatoire, où le directeur n'était autre que Pierre Cochereau, afin de poursuivre ses études.

De retour sur Paris, il formera avec Christian Boulé, le groupe Babylone. Quelques concerts et répétitions plus tard et le groupe se sépare, laissant Verdeaux dans l'expectative. Cette expérience lui aura tout de même permis de découvrir toute la scène de Canterbury, mais aussi Cream et Hendrix. Il se refugia un temps dans la maison de campagne de ses parents dans laquelle trônait un piano à queue et improvisa ce qui allait devenir sa Clearlight Symphony. Il fît écouter ses bandes à un ami qui lui conseilla de la proposer à Virgin qui venait de signer un beau succès avec Tubular Bells de Mike Oldfield. Il en découla un contrat de trois ans pour trois LP.

Les rencontres vont se succéder et Virgin proposera une tournée en première partie de Gong qui s'avèrera plus que satisfaisante puisque le groupe de Verdeaux vole peu à peu la vedette à Gong. Ainsi le label anglais demande au pianiste de déménager sur Londres, il refusera, sa femme étant enceinte, et provoquera la rupture de son contrat...

Il fallait donc rebondir, et il décida d'enregistrer son prochain projet pour le label indépendant Isadora et pris le nom de Clearlight. Il rappela Joël Dugrenot pour l'enregistrement et les parties de basse. On y retrouve Tim Blake de Gong ou encore le tout jeune Didier Lockwood qui joue alors avec Magma.

On y retrouve une grande fraicheur issue, dira alors le leader, de la joie et la dynamique que lui donnait la naissance de son fils, avec des textes visionnaires - en anglais, alors que le titre est français - et des orientations très psychédéliques. Malheureusement, le manque de temps et d'argent a fait bâcler le mixage final et Cyrille Verdeaux rompra définitivement avec les systèmes et deviendra son propre producteur.

Malgré ce défaut cet album est essentiel dans l'histoire du progressif, avec de belles improvisations (Lockwood) et des climats représentatifs du space rock. L'artwork de Jean Solé (cofondateur de Fluide Glacial) reste une des plus belles réalisations de l'histoire !!

Cyrille Verdeaux : piano, clavecin, Odyssey ARP
Francis Mandin : Odyssey ARP
Tim Blake : synthétiseur VCS 3
Yves Chouard : guitares
Ian Bellamy : voix
Didier Lockwood : violons
Serge Aouzi : batterie
Joël Dugrenot : basse, prise de son

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…

LA MASCHERA DI CERA - le porte del domani - 2013

Cinquième album de la formation du cinéphile Fabio Zuffanti.*


Ceci est clairement un hommage à Le Orme et leur Felona e Sorona quelque quarante ans plus tard, le groupe ayant même utilisé une autre peinture de Lanfranco Frigeri afin de bien poser le concept. Et si cela n'était pas suffisant les premières mesures de l'introduction effaceront définitivement les éventuels doutes, puisque il y est cité l'un des thèmes de l'ouverture sospesi nell'incredibile de l'original.
Mais ce n'est pas vraiment tout, puisqu'ils poussent le trait de prendre en copie le squelette de Felona, c'est à dire les neuf titres, mais pas que puisque les constructions de chaque pièce sont calquées de façon extrêmement intelligente et subtile sur l'original. Pas de doute, du travail d'orfèvre** de la part de Zuffanti.
La musique proposée reste bien sûr très personnelle et, finalement, très XXIème siècle, avec une production propre mais pas sur-faite et un rock qui se si…