Accéder au contenu principal

YES - relayer - 1974

Décidément l'année 1974 est une grande année du côté du prog.


Pour leur septième album, le groupe doit à nouveau palier à un départ, celui de Rick Wakeman qui décide de faire carrière seul. Multiples auditions sont alors faîtes - ainsi le passage non retenu de Vangelis - et le choix de Yes s'arrêtera sur Patrick Moraz, clavier de Mainhorse et de Refugee
Après Tony Kaye et Rick Wakeman, deux mondes assez opposés dans l'idée de jeu et de présence - le premier a été remercié alors qu'il refusait de jouer du mellotron et du minimoog, alors que le second est un adepte du matériel à outrance - Patrick Moraz propose une approche plus légère que son prédécesseur, et son intérêt pour le jazz et l'improvisation a certainement joué en sa faveur, même si sur ce disque là, on peut penser que le matériau étant déjà bien en place avant son arrivée, ne lui laissait guère de liberté.

La pièce principale, the gates of delirium, inspirée du guerre et paix de Tolstoï, est une oeuvre fondamentale dans l'histoire du prog. La durée, la construction, la composition, le collage des parties et les inventions bruitistes d'Anderson permettent aux différentes parties de se suivre et de s'enchaîner en toute logique. Les dialogues entre Moraz et Steve Howe sont un exemple de complicité et la basse de Chris Squire relève d'une belle maîtrise et d'un sens du groove unique. La pièce se termine sur un message d'espoir délivré par Anderson sur la pedalsteel guitar de Howe (entre autre).

Sur la deuxième face, on retrouvera une introduction de sound chaser avec un Moraz libre de nous donner un tout petit aperçu de ses possibilités d'improvisateur façon jazz-rock, on sait que Yes aimait tout particulièrement le travail du Mahavishnu Orchestra de John McLaughlin (d'où sans doute le choix de ce claviériste). La dernière partie du titre nous proposera un solo de Moraz bien inspirée sur une rythmique endiablée et un Squire au son métallique. Le disque se termine sur to be over , ballade un rien trop complexe et trop riche, mais c'est là aussi la marque de fabrique de Yes.

Roger Dean signe quant à lui, la pochette et continue sa collaboration avec le groupe.


Jon Anderson : voix
Steve Howe : guitares
Chris Squire : basse
Patrick Moraz : claviers
Alan White : batterie

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE ORME - felona e sorona - 1973

Cinquième album du groupe vénitien qui s'installe définitivement dans un progressif de haute tenue.



Formé en '66, Le Orme se cherchera quelques années autour d'une musique navigant entre le psychédélisme et la pop jusqu'en '71 et la sortie de leur album collage, acte de naissance d'une nouvelle ère. 
Le trio Aldo Tagliapietra, chant et guitares, Toni Pagliuca, claviers et Michi Dei Rossi à la batterie oriente inévitablement l'auditeur vers le trio anglais ELP, et leurs incursions dans la musique classique, à l'instar de leurs aînés, y contribuera d'autant plus, même si la technique des transalpins n'est pas tout à fait comparable.
En deux ans ('72, '73 et ' 74), Le Orme s'installe comme un des chefs de file du style en Italie. Toni Pagliuca s'enrichie d'une palette sonore plus large avec notamment l'ajout d'un Mellotron, et le groupe joue plus sur une diversité orchestrale et des idées concises que sur l'étal…

ATARAXIA - adolescence of an ancient warrior - 1986

Seul album du groupe japonais.



Au milieu des années 80, la musique progressive est en voie de disparition, mais quelques groupes résistent un peu partout en Europe avec la vague néo-progressive.
C'est curieusement au Japon que nous pourrons trouver une scène active et riche sous l'impulsion de Shingo Ueno. En 1981, il crée le label MADE IN JAPAN RECORDS avec peu de succès car l'intérêt du public s'oriente plutôt vers des groupes aux tendances hard ou heavy. C'est donc dans un second temps, au milieu des 80's, avec des groupes comme Outer Limits, Mugen ou Pageant que le label va prendre de l'ampleur et la scène progressive va pouvoir se développer de façon conséquente.
Ataraxia réalise donc son seul album dans cette effervescence créatrice du Japon, avec, il est vrai, des compositions de facture équivalente au néo-progressif anglais, et l'on pense bien évidemment à IQ, d'autant que le chant est en anglais.
Si les compositions sont d'un intérêt ce…

JON ANDERSON - olias of sunhillow - 1976

Premier album solo du chanteur de Yes.

Après l'enregistrement et succès de relayer et suite à la longue tournée qui s'en suit, chaque membre du groupe fait une pause et enregistre son solo.
Celui d'Anderson sortira le dernier, mais reste certainement le plus abouti de tous. Précisons ici qu'il s'agit réellement d'un album solo, puisqu'Anderson est le seul instrumentiste et, bien sûr, chanteur sur le disque. On imagine l'immensité du projet pour quelqu'un qui ne maîtrise absolument pas les claviers, les harpes et autres percussions de construire cette oeuvre conceptuelle. L'enregistrement se déroule de septembre 1975 à avril 1976...
Sur une idée basée sur les pochettes de Roger Dean - qui ne réalisera pas l'artwork - et d'un livre de la plasticienne mystique Vera Stanley-Alder, Anderson nous raconte l'histoire de Olias, architecte et créateur du vaisseau spatial, voulant quitter Sunhillow à la recherche d'une terre meilleure.
Nou…